music

Les écouteurs pour runners

Si vous êtes un sportif régulier et que, parmi vos activités, vous pratiquez la marque ou la course à pieds (que ce soit du jogging, du sprint ou quoi que ce soit d’autre), vous avez probablement déjà dû affronter the struggle… garder vos écouteurs en place pendant que vous courrez. Eh oui, ce n’est pas parce qu’on enfile une paire de baskets qu’on oublie soudainement les valeurs culturelles, et certains commerciaux l’ont bien compris. C’est ainsi que sont apparus des écouteurs plus isolants, avec une meilleure qualité et surtout… qui ne profitaient pas de nos mouvements pour se faire la malle au doux rythme de 4 à 5 fois à la chanson.

La musique pendant le sport, une libération

Notez, déjà, qu’il est plus sage d’utiliser la musique avec parcimonie, ou lorsque vous êtes un coureur aguerri. En effet, certains experts estiment que notre respiration s’adapte au rythme de la chanson et que, donc, on peut s’essouffler plus rapidement. C’est pourquoi si vous débutez, il est peut-être préférable de commencer par vous en passer. Pour celles et ceux qui ont l’habitude, en revanche, il faut avouer qu’il est plus qu’enivrant d’entendre cet air dynamique et agréable au moment où vous pensiez que toute votre énergie était drainée: la musique booste, aide à maintenir le rythme et à reprendre après des moments de faiblesse, en plus d’être divertissante. Le problème, c’est qu’au milieu de ce moment absolument parfait qui vous fait sécréter tellement d’endorphine que vous êtes presque en over-dose, vous passez devant les enfants qui braillent, les chiens qui aboient ou autres troubles à votre plénitude… et c’est sans compter sur le fait que vos écouteurs aiment bien tomber de votre oreille droite toutes les dix secondes. Pas de panique, il existe une solution!

Les écouteurs intra-auriculaires

Il existe l’option casque, mais ce peut être désagréable, tenir chaud, etc. Et Monster trouva la solution, avec une gamme iSport créée spécialement pour les athlètes. Vous pouvez ainsi avoir un casque bluetooth (alléluia, plus de fil qui pendouille) ou des écouteurs intra-auriculaires qui permettent, en plus d’un son tip-top et d’un maintien assuré, de vous isoler du reste du monde pour vous concentrer sur votre course.

Andy_Murray

Murray éliminé

Le champion de l’année dernière vient de s’incliner en quarts de finale de Wimbledon. Face à Grigor Dimitrov, Andy Murray n’a cru remonter la pente qu’au deuxième set, se laissant largement mener sur les deux autres. Alors, sa faute, ou celle d’Amélie? Heureusement, le tennisman est resté sportif et explique qu’il doit s’entretenir avec la Française pour décider de la poursuite ou non de leur collaboration. Pour lui, la démarche doit se faire « des deux côtés ».

Une défaite comme il y en a eu d’autres

Le jeune homme estime que cette défaite, bien que douloureuse, n’est pas la plus difficile de sa carrière. Ce titre revient selon lui à son match en finale en 2012 contre Federer. On comprend que le titre lui tenait à cœur et que, animé par l’espoir, il a été drôlement déçu, fut-ce pour s’incliner devant un tel champion. Pour ces quarts de finale, le joueur semble relativiser, expliquant qu’il doit maintenant aller de l’avant et penser à des stratégies à mettre en place pour améliorer son jeu. Il estime avoir « vraiment mal joué » et souhaite analyser ses problèmes pour mieux les solutionner par la suite. Du travail, des astuces, des techniques pour battre les petits jeunes qui sont, selon lui, de plus en plus matures et perfectionnés. De quoi faire peur à la génération qui leur a précédé.

Amélie Mauresmo: faut-il continuer de travailler avec elle?

Alors qu’on parlait de leur complicité sans failles il y a quelques jours, on se demande si, finalement, l’équipe Mauresmo-Murray peut fonctionner. Andy n’envisage en tout cas pas qu’elle soit la seule fautive. Raisonnable, il entend parler avec elle des difficultés rencontrés, des problèmes de jeu et de tactique pour voir s’il est envisageable qu’ils continuent de travailler ensemble. Il explique s’être beaucoup amusé et avoir beaucoup appris à ses côtés, c’est pourquoi une discussion semble plus appropriée qu’une prise de décision à chaud.

sportdos

Les sports faciles pour lutter contre le mal de dos

À l’heure du métro bondé, des files d’attente, des postures parfois peu recommandables au bureau et, surtout, à l’heure de la sédentarisation quasi excessive, il est très fréquent de connaître des problèmes de dos. Vous n’êtes probablement pas sans savoir qu’il s’agit d’une zone sensible et difficile, qu’il est préférable de ne pas laisser en mauvais état. Les quelques exercices de gym proposés ici ne font pas office de réparation mais seulement de soulagement. Si les douleurs persistent, n’hésitez pas à prendre rendez-vous chez votre médecin ou directement chez un ostéopathe spécialisé. L’avantage de ces petits exercices est qu’ils sont très simples à réaliser et ne demandent que peu de temps: parfait pour les sportifs du dimanche (un dimanche par an peut-être même)!

Oubliée votre carte de cours de gym, vous avez peut-être maintenant pour habitude de porter votre méga-sac hyper-canon mais aussi hyper fourre-tout qui, à force d’y entasser vos cinq paires de lunettes, votre tablette, votre maquillage ou autres trucs super utiles, finit par peser des tonnes. Et ça, comme vous vous en doutez certainement, ce n’est pas bon pour votre dos -surtout qu’on parie que votre sac est à sangles, et pas à dos! Donc, premièrement, si c’est possible, réduisez son poids: veillez à bien vous installer pendant la journée et à garder une posture droite, même lorsque vous êtes supposé être affalé sur votre canapé. ça, c’était la partie prévention. Comme ce n’est pas toujours évident cependant, on rajoute quelques petits conseils pour guérir, même s’il vaut mieux prévenir.

Les exercices

Commencez par vous allonger sur le dos: vous allez ramener vos genoux contre votre poitrine, jambes serrées, à l’aide de vos mains. restez dans cette position 10 secondes et répétez l’opération 4 fois. Pour la respiration, inspirez au moment où vous relâchez, bouche fermée. À l’inverse, soufflez par la bouche quand vous ramenez vos genoux contre vous.

mars

Les barres, bon ou mauvais plan?

Si les barres énergétiques sont spécialement conçues pour les sportifs et peuvent être utiles avant, après ou pendant l’effort selon leur type, elles ne conviennent pas à tout le monde. Pourtant, il semblerait que les acheteurs types s’éloignent peu à peu du modèle des seuls sportifs de haut niveau: actuellement, les barres énergétiques sont toujours consommées par ces derniers mais aussi par les personnes (des femmes majoritairement) qui souhaitent perdre du poids et pensent que, par leur petite quantité et leur caractère « bourratif » voire « coupe-faim », ces barres sont efficaces pour mincir. Vrai ou faux?

Des nutritionnistes pas super confiants

En général, les spécialistes de l’alimentation estiment que ces barres ne sont pas un bon plan. Elles sont totalement chimiques et ne permettent pas de remplir les conditions d’une alimentation dite saine. Le but de ces aliments est de concentrer un maximum de propriétés nutritives dans un minimum d’espace. Si cela fonctionne très bien en théorie, il faut faire attention aux très nombreux lipides qui y sont présents. Quant aux barres protéinées, elles ne sont pas si protéinées que ça; on en trouve très difficilement à 15 grammes de protéines -environ. C’est généralement moins. Cela dit, ne diabolisons pas les barres: elles comportent des produits peu sains, certes, mais pas moins sains que ceux contenus dans le plat tout près et bourré de graisses que vous allez réchauffer à la va-vite entre midi et deux. En ce sens, les barres, pourquoi pas… avec modération.

Barres énergétiques, barres protéinées

Riches en calories, les barres énergétiques sont vouées à aider les sportifs à tenir le coup: aussi, si vous en mangez, vous ne perdrez certainement pas de poids si vous restez ensuite assis(e) toute la journée. Au contraire. Si vous cherchez à mincir, optez plutôt pour les barres protéinées, conçues pour les régimes. L’avantage de ces dernières est qu’elles permettent d’atteindre la sensation de satiété plus rapidement, et donc de vous éviter de craquer à l’heure du goûter. En somme, elles peuvent dépanner -c’est mieux que de sauter un repas- mais elles ne doivent pas être une norme de votre alimentation.

pates

Les plats des sportifs

S’il est évident qu’un sportif doit, comme toute autre personne et avec plus de rigueur encore, conserver une alimentation saine et équilibrée, il existe quelques spécificités pour les grands sportifs, étant donné les efforts réclamés de la part de leurs corps. Alors entre mythes et réalités, quelles sont les véritables règles à suivre pour aider votre corps à vous maintenir en forme? Sans alimentation adaptée, il ne fait aucun doute que vous vous épuiserez inutilement, voire dangereusement: le plat ne fait pas le champion, mais le champion ne se fait pas sans ces plats!

Les règles générales, les apports à ne pas négliger

Notez d’abord que la base de votre alimentation, si vous faites beaucoup de sport, doit être la même qu’une personne sédentaire. Sur cette base, cependant, vous allez effectuer quelques modifications: étant donné l’effort conséquent que vous demandez à vos muscles, ils consommeront beaucoup d’énergie et de fait, il faudra que vous vous en munissiez avant la pratique de votre sport. Pour puiser cette énergie, il vous faudra des nutriments, notamment des vitamines. De plus, à cause de la transpiration, le corps tend à perdre trop de ses sels minéraux: on vous le donne en mille, il faut donc lui en apporter plus fréquemment. L’apport calorique conséquent est donc important, mais pas suffisant pour faire une bonne alimentation pour le sportif. Veillez enfin à planifier vos repas pour un apport peut-être plus régulier ou plus fréquent qu’une personne sédentaire.

Ces produits à privilégier

À chaque repas, consommez un produit laitier type fromage ou yaourt. Pourquoi donc? D’abord parce que ces produits sont riches en protéines, mais aussi parce qu’ils contiennent beaucoup de calcium, qui aide vos muscles dans l’effort. Veillez à manger beaucoup de viande également pour assurer résistance musculaire et apport en fer dans votre organisme. Enfin, les fruits et légumes doivent être pris à chaque repas tandis que les féculents doivent se consommer en quantités importantes de par leur richesse en sucres lents, qui vous aideront à tenir sur la durée.

football

La prime des Bleus

L’entraîneur Didier Deschamps est ravi: son équipe a rempli son contrat, comme le disent les journalistes. Alors que certains voyaient les Bleus partir aux poules éliminatoires, l’équipe Française termine en tête de classement après un match assez morose face à l’Honduras mais, surtout, exceptionnel face à la Suisse avec 5 buts marqués. Des supporter optimistes, une bonne ambiance qui persiste, il semblerait que la France se rachète dans le cœur des citoyens en redonnant goût au football. Reste à savoir si elle brillera contre l’Allemagne!

A priori, c’était un beau spectacle

La réputation allemande n’est plus à faire: l’équipe est soudée, professionnelle, carrée, technique et sait se défendre face à tout type de jeu. D’une rigueur qu’on leur sait, les Allemands n’ont affrontés les Français qu’à quelques reprises au cours de l’histoire des mondiaux du foot, notamment en 1982. Aussi certains y voient une forme de revanche qui, dans un espoir pour le moins incertain, pourrait permettre à la France d’aller jusqu’aux quarts de finale. Quelque chose de difficilement envisageable même si les supporter gardent espoir. En effet, la France semble une équipe « moyenne », sans péjoratif, alors que les Allemands sont plutôt « bons ». De fait, les professionnels s’entendent pour dire que l’équipe de France pourrait bientôt prendre un avion de retour pour son pays. Enfin, encore une fois, ne jamais dire jamais! Le tout est de ne pas s’enflammer, mais le soutien des supporter, même à plusieurs milliers de kilomètres, ne peut être que bénéfique et encourager l’équipe à faire un beau match -sinon le gagner.

La prime des Bleus

En fonction de leur classement et leur stade d’élimination, les Français reçoivent une prime déterminée à l’avance et progressive. Ainsi, en passant les sélections des huitièmes pour arriver en quarts, ils se sont assurés de toucher au moins 133 000€. Reste à savoir s’ils iront jusqu’aux 332 000€ de primes que leur apporterait une finale remportée…

serenawilliams

Le malaise de Serena Williams

Les fans de tennis l’ont vécu avec une émotion toute particulière: samedi, à Wimbledon, la petite Française Alizé Cornet battait la championne Serena Williams après un match haut en couleurs. De quoi redonner espoir à la France pour les huitièmes de finale sur le concours, mais de quoi également affaiblir Serena? En tout cas, on souhaite bonne chance à Alizé pour la suite: petit à petit, il semblerait que la jeune tennis-woman se fasse sa place parmi les plus grands. Et si sa victoire n’était pas qu’une question de chance? Nous, on croit en son talent… même si miss Williams a depuis vécu bien des aventures.

Le malaise impressionnant

C’est mardi, à Wimbledon, que Serena Williams a fait un malaise. La numéro un mondial était simplement en train de s’échauffer sur le court n°1, attendant son match en double: elle devait le disputer avec sa sœur, contre Barrois et Voegele. Venus Williams a donc vu sa sœur s’effondrer sur le court, devant des centaines de milliers de téléspectateurs incrédules. Si la meilleure joueuse de tennis au monde semblait vouloir disputer son match tout de même, elle a été contrainte à l’abandon au bout de trois jeux qu’elle a effectués dans la douleur. Elle a laissé derrière elle le gazon de Londres, non sans pleurer, accablée par la souffrance. Pour l’instant, les organismes s’entendent sur le fait qu’il s’agirait d’un virus.

Une Serena Williams déjà affaiblie

La grande soeur de Serena, Venus, explique que sa cadette était très « affectée » par son match disputé -et perdu- samedi contre Alizé Cornet. Apparemment, après cette défaite, la championne de tennis aurait vécu un week-end de remise en question et de baisse de régime intense, cloîtrée dans son hôtel en attendant de disputer un match en double… pour l’échauffement duquel elle demandera directement l’aide d’un médecin. Comme on peut le penser, les rumeurs vont bon train. Espérons que ce ne soit rien de grave.

0163-Vendée 2012 (Ponton)

Voile: solitaire en du figaro

Mercredi dernier, la Solitaire du Figaro a été remportée par Jérémie Beyou, déjà double champion dans cette catégorie. C’était donc la dernière manche de la voile estivale partie en Vendée il y a quelques jours déjà. Jérémie Beyou s’intègre ainsi au très petit comité des triples vainqueurs de cette course que l’on sait redoutable.

Une navigation éprouvante

C’est à 11h20 mercredi que Jérémie est arrivé au point prévu pour la fin de l’épreuve, inscrivant sur le tableau un temps de 2 jours, 18 heures et 20 minutes, temps le propulsant à la toute première place du classement devant tous ses petits camarades, sur qui certains professionnels auraient pourtant parié sans hésiter. Au total, c’étaient 36 navigateurs qui s’affrontaient sur des Figaro Bénéteau d’une longueur de plus de dix mètres, le tout en solitaire. Dans l’anticipation de vents trop faibles ou contraires, la course a été raccourcie mardi pour lui permettre de s’achever dans les meilleures conditions. D’où l’arrivée légèrement anticipée après la suppression de près de 145 kilomètres de parcours. Au total, les concurrents auront donc parcouru 740 kilomètres, environ, et auront offert un beau spectacle pour cette quatrième et ultime étape de la course globale Vendée-Manche, conservant un suspens tout au long de l’épreuve. Un régal pour les fans!

Beyou au top du top

Âgé de 37 ans, Jérémie Beyou est déjà reconnu comme l’un des meilleurs skippers de sa génération. Il avait déjà gagné l’étape à deux reprises il y a quelques années, en 2005 et 2011 -il y a un petit moment, donc! C’était la quatorzième fois qu’il y participait: un garçon qui en veut. Lui-même avoue que l’épreuve du Figaro a été très difficile: il est en effet apparu épuisé et ému aux larmes, confiant qu’il pleurait à chaque arrivée mais que c’était toujours aussi passionnant pour lui de parcourir les eaux du monde en des temps records.

runningshoes

Les running shoes, c’est canon

Mes demoiselles, si vous êtes encore adeptes de chaussures à talons, de sandales ou bottes, repensez votre dressing. Il n’est effectivement plus nécessaire de s’imposer ampoules et problèmes de dos pour être tendance puisque, désormais, le paysage urbain se ponctue de running shoes, chaussures de sport qu’on pensait peu flatteuses pour la silhouette et que, de fait, on a longtemps laissé au placard: désormais, on en comprend les ressors (quasi littéralement) et le potentiel esthétique. Et oui, vous avez bien lu: le sport est chic, le sport est classe, le sport est glam et fashion.

Des baskets longtemps décriées

Les running shoes sont, littéralement, des chaussures de courses. En gros, nos bonnes vieilles baskets…. en mieux! En effet, pendant une longue période, on s’est dit que les baskets devaient rester sur les terrains de sport, ne devaient être portées que lors des footings ou autres pratiques, et ce sans exception. Pour justifier ce rejet, on expliquait que ces chaussures étaient peu glamour, étant donné justement qu’elles représentaient le côté sportif et que, trop souvent à tort, on oppose pratique sportive et beauty. Notamment, on disait de ces running shoes qu’elles étaient peu féminines, peu travaillées, qu’elles tassaient la silhouette. Il n’est pas tout à fait faux de dire qu’elles ne contribuent pas à faire des jambes parfaites, pas autant que des talons, mais tout dépend de votre morphologie: des talons très fins peuvent accentuer l’effet rond de certaines jambes alors que les baskets peuvent tasser un autre type de silhouette. Le fait est qu’on s’est rendu compte de leurs nombreux avantages…

Tous en running shoes!

Le premier avantage, considérable, de ces baskets, c’est qu’elles ont une semelle épaisse: elles sont étudiées, pensées, conçues dans le but de faire du sport et donc d’être ultra-confortables et respectueuses de vos articulations. ça change du combo tord-chevilles/casse-gueule, et en plus, ça donne un style. L’urban style 2014!

Skateboard

Les légendes du skateboard

Le skateboard… la tendance a vu le jour au milieu du XXème siècle, en Californie, au moment où les surfers étaient en vogue et ont décidé d’amener leur sport préféré sur terre. Ce n’était pas bien compliqué, il leur suffisait d’attacher quelques petites roues à leurs planches! Si l’idée était intéressante, il lui faudra attendre de fêter ses dix ans pour accéder à la production industrielle des premières planches États-uniennes, sous le joli non de « roll-surf » qui deviendra, comme on le connaît encore aujourd’hui, le skateboard. Ce changement d’appellation témoigne du fait que la planche à roulette -littéralement- soit passée du statut d’enfant du surf à celui de discipline à part entière. Nous, on l’aime comme ça!

Rouler au-delà de l’Atlantique

La Californie, pays et paradis des surfers confirmés, a bien entendu accueilli la tendance à bras ouverts. Les amateurs sont devenus de plus en plus nombreux et la tendance s’est manifestée peu à peu au niveau national, ne se limitant plus à l’Etat des USA le plus ensoleillé et le plus surfer du pays… voire du monde. Aussi, après avoir envahi la côte ouest, l’actuel skateboard s’exportera dans des Etats qui, justement, enviaient le style des surfers mais n’avaient pas le confort de l’océan. Aujourd’hui, ce n’est pas compliqué, on en trouve de partout. Les Riders envahissent les rues des grandes villes et même des villages, les skate-park prolifèrent et les jeunes sont particulièrement friands d’une discipline qui, malgré un léger essoufflement, ne disparaît pas. Le terrain de jeu des skaters, c’est la rue: rampes urbaines, escaliers, ils redoublent d’imagination pour réaliser les plus grandes prouesses techniques et esthétiques imaginables.

Les grands sportifs font le grand sport

Comme toute discipline sportive, le skateboard a ses champions. En l’occurrence, on compte par exemple Tony Hawk, Rodney Mullen, Steve Caballero, Bob Burnquist, pour ne citer qu’eux.